29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 12:25

DSC02852.jpg

 

Bon, d'accord, ça commence à dater un peu, mais je poste quand même ce petit mot pour les lumières de Béthléem sur Montbéliard. Outre le fait que le temple était cerné par nombre de petits chalets du marché de Noël, notre passage pour les lumières était précédé par une mise en scène de l'école biblique. Celle-ci nous a mené une rude concurrence. En effet, nos louloux étant réquisitionnés, ils n'ont pas eu le temps d'être briffés correctement. Pire encore, on nous a attribué un temps de parole juste après la fin de leur apparitions. Comment nos louloux auraient pu se changer, remettre leurs chemises (qu'ils n'avaient pas...) et leurs foulards, et en plus, lire préalablement le texte qu'ils devaient présenter 20 secondes plus tard...? La lecture a donc été assurée par trois de nos louloux un peu... "en live".


Et bien entendu, pour finir, des bougies plantées dans des mandarines on été distribuées en même temps que les nôtres...

Bref, heureusement que la vente de calendriers a été un franc succès! 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 22:18

Contrairement aux louloux de Besac, qui eux, auront bénéficié d'un riant soleil tout au long de leur week-end fin novembre, nous aurons le droit à des bourrasques de nuages portant des gouttelettes d'eau froide à souhait. C'est donc dans ce contexte que nous arrivons au gîte en voiture, Angélique et moi. Tout le monde nous attendait, y compris Franck, n'étant pas allé chercher la clé... Apparemment, le fait que la maison ait changé de toit a perturbé l'a au point de ne pas la reconnaître. Bref, Angélique ira se chargera de cette tâche.

 

Une fois entré, pendant que les louveteaux et louvettes s'installent, nous lançons un feu dans le poêle. Et dispatchons costumes, matériel et vivres. Le goûté est lancé, et parallèlement, les nouvelles chemises sont transmises. Je vais donc changer de chemise, et remettre mon ancienne mais ajustée (quoi qu'on en dise) au placard.

 

UPar la suite, on apprend rapidement que HAF a disparu, et qu'il a été envoûté par un autre magicien qui l'a rendu fou. Tagadam, connaissant la Mélodie du Grand Réveil, l'enseigne au louloux qui tenteront de l'apprendre trois quarts d'heure durant. HAF, retrouvé est ensuite placé au centre d'un cercle procédant au désenvoûtement. Néanmoins, ce dernier ne se souvient pas clairement des faits. Le soir, au terme d'une recherche d'indice non fructueuse retraçant le trajet de la journée de HAF (sous les bourrasques de gouttelettes glaciales, hé oui, ne l'oublions pas!), des individus louches sont repérés! Il s'agit de deux gardes du magicien en question, qui gardent sa tanière. Après un long jeux d'approche aux multiples rebondissements, nous sommes parvenus à y pénétrer. Emma trouve alors un parchemin non des moins intéressants: nous apprenons qu'aucours d'un colloque de magie, le Grand Incantateur de la Terre de Feu, impressionné par les talents de HAF, a plongé le malheureux dans la Grande Démence", afin qu'il ne lui fasse pas d'ombre. Nous savons donc qu'un Incantateur à la morale douteuse règne sans scrupule sur un royaume opprimé...

 

La veillée étant terminée, nous chanterons le Quantique des Patrouilles jusqu'au troisième couplet. L'heure du dodo arrive après un conte lu par Angélique. C'était l'histoire d'un certain Maurice Maurice...

 

P1110969Arès un petit déjeuner, nous avons pour projet un repas trappeur dans les bois. Le défis semble difficile: temps médiocre, bois mouillé, expérience limitée. Après un laborieux ramassage de bois et de brindilles, puis une longue production de copeaux (sous un temps peu clément...), les conditions sont réunies pour amorcer le feu. A l'exception près que la pluie se met à tomber plus sensiblement! Le journal s'humidifie dramatiquement, les allumettes jouent les difficiles. Malgré tout, nous obtenons Franck et moi quelque braises, hélas, rapidement étouffées. Ce furent les dernières. Malgré toute ma bonne volonté, il m'aurais fallu déraisonnablement de temps pour y parvenir.

 

P1110973.JPGTraumatisé par cet échec cuisant, nous rentrons sur le gîte. La pluie, après avoir agi juste au moment critique de l'allumage du feu, s'est retirée... Nos huit louloux ont apparemment le moral altéré par ce sinistre. Notre repas trappeur se fera finalement en cuisine, au chaud... mais pas pour longtemps. En effet, une fois le gîte rangé et toute les formalités effectuées, nous nous lançons dans une thèque pour le moins boueuse! 30 à 16.

Partager cet article

Repost0

À propos du blog

Le blog des Éclaireurs et Éclaireuses Unionistes de France du groupe local du Châtelot rassemble l'actualité des aînés, éclaireurs et louveteaux.

Retrouvez-nous sur   

Rechercher

Google+